Nous connaissons tous l’empire de Facebook le réseau social qui a été créé en février 2004 par Mark Zuckerberg. Son chiffre d’affaires s’élève à 17,83 milliards d’euros fin 2016. Depuis sa création, c’est par millions que de nouveaux utilisateurs entrent dans le monde des « likes ». En décembre 2004, on pouvait compter 1 million d’utilisateurs actifs par mois, aujourd’hui, il est proche des 2 milliards. C’est en 2016 que Facebook est considéré comme étant le réseau social numéro 1 dans 139 pays du monde.

Seulement, aujourd’hui, la plate-forme est prise pour cible dans une affaire d’utilisation illégale de données personnelles.

L’image de Facebook mise en danger :

Depuis 1 mois, le nom est présent sur tous les médias. Une firme britannique, Cambridge Analytica, spécialisée dans l’analyse de données, a utilisé les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs du réseau social. Ces données ont profité à l’équipe de campagne du président actuel des Etats-Unis, Donald Trump. Le contrat signé par les deux partis pendant les élections présidentielles engage la mission d’éplucher les profils Facebook. Le but étant d’élaborer un logiciel permettant de connaître les goûts des électeurs et ainsi les influencer dans leur vote. Néanmoins, une rumeur avance que Facebook était au courant de ces utilisations illicites. Mais cela reste encore à vérifier.

Face à ces accusations, le créateur Mark Zuckerberg s’est montré plusieurs fois devant les caméras du monde entier afin de s’expliquer sur la responsabilité de Facebook dans cette affaire. Il a fini par déclarer sur la chaîne CNN ceci : « Cela a constitué un abus de confiance très important et je suis vraiment désolé de ce qu’il s’est passé. Notre responsabilité est de faire en sorte que c

 

ela ne se reproduise pas ». Pour montrer toute sa compassion dans cette polémique, il a accepté de se présenter devant le Congrès américain le 10 avril. Il a également été appelé devant le Parlement européen qui compte pleinement enquêter sur cette affaire.

Action essentielle : prendre des mesures

 

Suite à ce débat, le réseau social a décidé de prendre des mesures concernant la protection des données personnelles. M. Zuckerberg a annoncé :

« Notre constat est le suivant: nous devons rendre nos paramètres de confidentialité plus faciles à comprendre, à trouver et à utiliser ».

Un message intitulé : « De nouveaux outils pour contrôler vos données en toute simplicité sur Facebook » sera affiché. Cela permettra aux utilisateurs de pouvoir vérifier et changer leur paramètres de confidentialité plus facilement.

Ils ont aussi affirmé la limitation des accès des applications. Par exemple, la plate-forme donne la possibilité de créer des événements privés sur lesquels des messages y sont publiés. Certaines applications étaient dans le droit de prendre connaissance de l’heure et du lieu de l’événement, mais aussi d’accéder à la liste des invités et des messages publiés. De plus, une fonction qui permettait de retrouver une personne en entrant son numéro de téléphone a été maintenant supprimé.

Mark Zuckerberg devant le Congrès américain le 10 Avril 2018

C’est aujourd’hui l’image de Facebook qui a été touchée. D’après un présentateur de l’émission « Europe 1 Bonjour », ce scandale serait la plus grosse utilisation frauduleuse de données des utilisateurs de Facebook. Certains utilisateurs pensent même à quitter définitivement la plate-forme.

Finalement, la question à se poser est la suivante: « Pensez-vous que cette affaire aura un impact sur le business de Facebook? » N’hésitez pas à contacter Ecomtime pour notre expertise sur Facebook Ads

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires